Le discrédit de la parole publique...


En temps ordinaire, nous n'y aurions pas prêté attention. Mais, le nombre de personnes qui sont venues nous voir effarées me poussent à écrire avec tristesse ce post.

Les bonnes résolutions exprimées la veille pendant la cérémonie des voeux auront tenu une nuit. En effet, lors du discours d'inauguration de la fresque sur la place du marché, Madame Daliai (en haut gauche sur la photo), s'est essayée à l'art de raconter des histoires en mêlant origine de la création de la fresque et critique politique. "Eux (les artistes de la fresque) font des trompe-l'oeil, mais comme Trump qui fait des tromperies, il y en a qui font des fake news et qui sont moins connus."

Il semblerait donc que le mélange des genres (Mairie et Tresses Ensemble), absolument interdit en période électorale, soit devenu la norme pour formater l'esprit des Tressois à un nouvel ordre narratif filtrant les perceptions et stimulant les affects en prononçant de façon répétitive "Fake News" : https://www.youtube.com/watch?v=B9xXWkHMpkI. Comme la transparence figure comme une de nos normes de gouvernance, n'hésitez pas en cas de doute à nous consulter.

Quoi qu'il en soit, ne soyez donc plus étonnés si, dans le brouhaha des inaugurations pressées et des visites de chantier avant les élections municipales du 15 mars 2020, la conquête de l’attention comme celle du pouvoir, passe désormais par la casse des «  vérités  ».

#Municipales2020 #storytelling #fakenews #transparence

130 vues